BLOGUE

Mise au point sur le marché immobilier

La situation de l’immobilier résidentiel à Montréal fait couler beaucoup d’encre ces derniers temps et suscite de nombreuses questions chez les futurs acheteurs.

Il est vrai que l’offre de projets résidentiels est importante actuellement. Toutefois, la plupart en sont à l’étape de la mise en marché. Les prêteurs exigent généralement 60% de ventes avant le début de la construction donc si ce niveau n’est pas atteint, les promoteurs devront reporter leur projet, ce qui n’entraînera pas de surplus d’inventaire par la suite. Dans les années 90, les prêts étant accordés beaucoup plus facilement, le marché a connu un problème de surplus d’inventaire d’unités d’habitation. La situation est tout à fait différente aujourd’hui : il y a un surplus d’offre et non pas d’inventaire. À titre d’exemple, que ce soit au Lowney, aux Bassins du Havre, à l’Impérial, au Seville ou au 21e Arrondissement, aucun condo n’est disponible si un nouvel acheteur souhaitait emménager aujourd’hui. Plusieurs facteurs militent en faveur de l’immobilier résidentiel. Les très bas taux d’intérêt viennent spontanément à l’esprit, mais ils ne fournissent qu’une partie de la réponse. En 35 ans de carrière, les taux d’intérêt ont souvent été deux à trois fois plus élevés qu’en ce moment et le marché se portait bien. La croissance de la démographie est un facteur très important qui, dans le cas de Montréal, s’explique par une immigration favorable. En effet, tel que mentionné dans le Projet de plan de développement de Montréal 2013, « un Montréalais sur trois est né à l’extérieur du Canada et environ 70 % des nouveaux arrivants au Québec choisissent Montréal. » Cette situation s’explique en grande partie par la vitalité de l’activité économique à Montréal, autrefois industrielle et aujourd’hui axée sur les services. Plusieurs domaines, tels que l’aérospatial, les communications et les technologies se démarquent particulièrement. Montréal attire des travailleurs scolarisés notamment grâce à son réseau d’éducation et de recherche, une source importante d’innovation. Les grands travaux routiers favorisent également l’activité économique… et incitent aussi les banlieusards à vouloir déménager en ville! Contrairement à de nombreuses villes à l’étranger, et même au Canada, Montréal a bien traversé la crise de 2008 grâce au dynamisme de sa structure économique. Bien qu’il y ait des cycles, à terme, l’immobilier résidentiel est un bon placement net d’impôt. Par exemple, un condo dans la phase 1 des Quais de la Commune se vendait 103 $ le pied carré en 1997 et sa valeur est maintenant évaluée à 400 $/pied carré, 16 ans plus tard. À l’Impérial, un loft acheté en 2007 à 233 $/ pied carré a été vendu à 369 $/ pied carré en 2010. Au Lowney, un appartement acheté 244 $/pied carré en 2009 a été vendu 441 $/pied carré en 2012. Rares sont les placements en Bourse qui peuvent offrir un tel rendement après impôt. Les propriétaires ne doivent toutefois pas considérer leur achat comme un investissement à court terme. Le marché connaîtra à coup sûr des variations, cependant, à long terme, l’immobilier demeure un bon investissement en plus d’une source de bien-être! Jacques Vincent

Nous vous remercions de partager vos commentaires. En réponse à votre point quant au nombre de ventes cette année, les chiffres parlent d'eux-mêmes. Ainsi, en 2013, le nombre de transactions de condos neufs n'a pas diminué au centre-ville de Montréal. Selon des données fournies par le groupe Altus, par rapport à 2011, les ventes de 2012 ont été plus nombreuses. De plus, 549 ventes / réservations ont été répertoriées pendant le premier trimestre de 2013 comparativement à 447 au premier trimestre de 2012. Il se peut que certains promoteurs connaissent un problème d'inventaire, mais nous ne sommes pas dans une telle situation. En effet, sur les 1200 unités en construction en 2012 dans nos 5 projets, nous avons seulement une unité disponible le 1er juillet et il faudra attendre à la fin de l'automne pour la prochaine unité disponible. En ce moment, le marché est caractérisé par un surplus d'offre, c'est-à-dire un grand nombre d'unités en vente et non pas construites. Un surplus d'offre n'engendre pas nécessairement un surplus d'inventaire car si le niveau de ventes est trop faible, le projet sera reporté. C'est pourquoi il est important de demander la proportion d'unités vendues lors des visites de bureaux de vente. Vous mentionnez que les prix sont élevés, mais il est important de garder en tête que comparativement aux autres métropoles en Amérique du Nord, les condos à Montréal offrent un très bon rapport qualité/prix. Tel que décrit dans l'article, les unités de nos projets passés se sont avérées un bon investissement à moyen terme pour les propriétaires. À moins de connaître un grand surplus d'inventaire (ce qui n'est pas le cas présentement), il est peu probable que les prix baissent. Nous espérons que cela répond au moins en partie à vos interrogations. Nous vous souhaitons une bonne recherche de condos!

Merci de nous partager vos commentaires. En ce qui concerne les commerces au Lowney 5, une clinique de dermatologie occupe actuellement le rez-de-chaussée. Le local de l'ancien bureau des ventes a été vendu et les nouveaux propriétaires planifient l'aménagement des lieux. C'est à suivre!

Bonjour, Nouvel arrivant au Canada, j'avoue que les différents paramètres m'incite a la retenue. - Ralentissement des ventes amorcé en 2012 - Chutes du nombre de transaction en 2013 - Augmentation des constructions du nombre de condos, certains condos neuf invendus (ex: Masson) - Prix des condos sont très haut. Avec cette forte baisse des transactions et l'augmentation de l'inventaire, je préfère attendre la fin d'année 2013 pour voir l'évolution avant d'acheter mon condo.

J'apprécie que Prével fasse l'effort de maximiser l'offre de locaux commerciaux au rez-de-chaussé de ses projets, ce qui ajoutera, à terme, à la vie de quartier. Nous le voyons déjà avec le Séville ou les nouveaux commerces prennent leur place et seront un atout non-négligeable. Toutefois, c'est bien lent à partir du côté de Griffintown et du Lowney. Plus de 3 ans après avoir été complété, aucun commerce n'occupe les locaux au rez-de-chaussé du Lowney 5. Il faudrait selon moi un effort supplémentaire du promoteur pour attirer l'offre commerciale dans les locaux prévus à cette fin, pour maximiser la vie de quartier tant recherchée.

Pour l'instant ça ne fait pas de tord à Griffintown de remplacer les nombreux stationnements à ciel ouvert ou les entrepôts abandonnées par des nouvelles constructions. Amener de nouveaux résidant va éventuellement amener un nouveau dynamisme. Ceci dit, j’attends avec impatience la venue d'une nouvelle équipe à la mairie de Montréal (je ne parle pas de Denis Codère) qui amènera qui aura la clairvoyance pour faire les investissements nécessaires, en parc, écoles et services. Ceci pour permettre d’attirer d’autres types de résidents et ainsi de diversifier le quartier.

Merci de prendre le temps de nous faire part de votre opinion. Nous sommes désolés que certaines personnes de votre entourage ne soient pas heureuses au Lowney. Bien que nous ne pouvons plaire à tous, une très grande proportion de nos clients se disent satisfaits de leur achat. Il est vrai que, comme tout nouveau secteur en émergence, les choses doivent se mettre en place mais nous sommes confiants que Griffintown a tout pour devenir un quartier intéressant. La Ville a d’ailleurs annoncé la création d’un parc devant le projet Lowney entre les rues Ann et Dalhousie au sud de William. Sachez également que pour Prével, la planification de ses projets est très importante. Nous vous invitons d’ailleurs à regarder cette vidéo de la Société immobilière du Canada qui explique le processus de planification du quartier des Bassins du Havre : <a href="http://vimeo.com/63199987" rel="nofollow"><strong>http://vimeo.com/63199987</strong></a>. Pour plus d’information sur la situation du marché immobilier, nous vous suggérons l’article suivant qui aborde la question de l’offre actuelle de condos : <strong><a href="http://www.ledevoir.com/art-de-vivre/habitation/375907/l-offre-serait-elle-trop-abondante" rel="nofollow">http://www.ledevoir.com/.../l-offre-serait-elle-trop-abondante</a></strong></a>. L'équipe Prével

Bel effort de PR. De bien belles paroles, en théorie. En pratique, on assiste à l'épanouissement des contracteurs immobiliers, non pas des acheteurs. On profite des lacunes de lois rigides qui devraient optimiser l'urbanisation et préserver le cachet et l'héritage des quartiers. On monte des tours à condo, en laissant de côté l'aspect de vie de quartier. À force de construire des condos, on scrappe le paysage, et on dénature les quartiers. Tant mieux pour vos profits, mais pour l'épanouissement de l'architecture et des quartiers émergents à Montréal, on repassera. Je connais plusieurs personnes désenchantées par leur achat au Lowney, notamment. On promet une belle vie de quartier, mais dans les faits, il n'y a que des condos de béton. On scrappe les pistes cyclables, on évite de parler de l'absence de vie de quartier, de l'absence de vrais services à proximité, de toutes les promesses de nouvelles infrastructures municipales qui n'arrivent pas. En tant que jeune professionnel, je discute souvent de l'immobilier avec mes amis trentenaires qui magasinent pour une demeure. Ça demeure un domaine particulièrement spéculatif, et pour ma part je déplore le manque de vision et de fermeté à la Ville de Montréal par rapport aux projets immobiliers qui, plus souvent qu'autrement, dénaturent la ville au lieu de l'embellir. Bien hâte de voir comment toutes ces tours de condo seront perçues - et habitées - dans cinquante ans.

Ajouter un nouveau commentaire

CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
7 + 7 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Articles de blogues reliés

Prével se réjouit d’un hiver marqué par un intérêt soutenu envers son offre et constate que le niveau de confiance des consommateurs est à la [...]
Lire
L’annonce de la baisse du taux directeur a été favorablement accueillie par les acteurs du milieu immobilier résidentiel et les propriétaires [...]
Lire

Infolettre

Inscrivez-vous maintenant!

Instagram

<<Vers la page d’accueil